Véhicules électriques légers : marché fragile en avril

Dans son baromètre mensuel, l’AVERE France signale qu’après un mois de mars 2018 record pour les véhicules légers , les immatriculations ont été moins soutenues en avril mais restent malgré tout positives.

Ainsi, la hausse est de 28,9% par rapport au même mois en 2017, avec 1 990 modèles mis à la route, dont 98 équipés d’un prolongateur d’autonomie.

Le marché du véhicule électrique peine donc à croître depuis le début de l’année. Ainsi, l’augmentation est à peine de 8,77% par rapport à la même période l’an passé. Une faible progression qui questionne. Pourtant, le bonus écologique a été reconduit, tandis que les constructeurs ont fait des efforts. Sur les quatre premiers mois de 2018, seul mars aura dépassé le niveau d’immatriculations des années précédentes.

L’Avere-France observe cette situation de près. Ainsi, Marie Castelli, secrétaire générale de l’association rappelle que “le soutien de l’Etat reste aujourd’hui plus que nécessaire pour une filière encore fragile mais dont le développement est indispensable à la tenue des différents engagements du gouvernement, tant sur la qualité de l’air que l’emploi ou encore la lutte contre le réchauffement climatique”.

Sur les 1 990 véhicules particuliers mis à la route en avril, La Renault ZOE reste en tête avec 961 immatriculations, soit une légère hausse de 2,34%. Alors qu’elle représentait 64 % des véhicules du segment en avril 2017, la part de marché de la citadine au losange n’est plus que de 48 %. De son côté, Nissan continue de surprendre avec 375 Leaf immatriculées, soit une progression de 89,39 %.
BMW arrive en troisième position avec 200 i3 enregistrées, dont 98 équipées d’un prolongateur d’autonomie. A noter que les ventes de ces modèles équipés d’un range-extender sont en recul et représentent 49% des achats, contre 59% en avril 2017.

Depuis le début de l’année 2018, 9 650 véhicules particuliers électriques ont été immatriculés, soit une augmentation de 8,77% par rapport à 2017.

 

VOIR AUSSI