Science

Votation contre l’immigration de masse: des effets sur les universités de Suisse Occidentale

La Conférence des Gouvernements de Suisse occidentale est préoccupée par les conséquences du vote du 9 février sur la participation de la Suisse aux programmes européens de mobilité et de recherche. Les échanges  Europe-Suisse sont particulièrement nombreux dans les domaines de l’énergie et de l’environnement.
Le résultat de vote du 9 février 2014  par lequel une majorité de Suisses a demandé une limitation de l’accès à l’emploi des étrangers a créé une situation difficile. Les effets négatifs de l’acceptation de l’initiative “Contre l’immigration de masse”  ont des effets dans les universités, hautes écoles et écoles professionnelles de Suisse occidentale. Cinq universités, l’EPFL et un réseau de hautes écoles spécialisées et d’écoles professionnelles sont installées dans les cantons de Suisse Occidentale ( Genève, Vaud, Neuchatel, Valais, Fribourg).

La Suisse a été reléguée au rang d’Etat-tiers pour une grande partie du programme “Erasmus+” et du programme de recherche “Horizon 2020” de l’Union européenne. Etudiants et chercheurs intéressés par ces programmes sont dans l’incertitude.

La Confédération a mis en place une solution transitoire pour “Erasmus +”  afin de financer la mobilité entre établissements suisses et européens, mais les échanges diminuent. Le nombre d’inscriptions d’étudiants européens a chuté par rapport à l’automne 2013 avec des reculs entre 11,4% et 38% dans les universités de Lausanne, Neuchâtel, Genève et Fribourg. Les Ecoles polytechniques fédérales de Zurich et de Lausanne enregistrent  un recul de 10% et 14,4%.

La recherche touchée

La recherche est touchée avec la mise à l’écart d’une pleine participation au programme “Horizon 2020”. Les entreprises sont concernées, leurs possibilités pour des activités de recherche et développement et de formation étant restreintes.

Les cantons de Suisse occidentale demandent qu’une association complète aux programmes de mobilité et de recherche soit négociée avec l’Union européenne. Ils approuvent la prolongation de la solution transitoire pour “Erasmus +” pour 2015 et 2016 ainsi que la solution pour une participation partielle à “Horizon 2020”, obtenues par le Conseil fédéral.

VOIR AUSSI