1. Accueil
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Environnement
  6. /
  7. Biodiversité
  8. /
  9. Zéro Artificialisation Nette :...

Zéro Artificialisation Nette : dix crainte de la LPO sur la proposition de loi

L’examen de la proposition de loi de mise en œuvre des objectifs de « zéro artificialisation nette» (ZAN), débutera le 13 juin en commission puis le 21 juin en séance à l’Assemblée Nationale. On nous annonce un compromis trouvé entre le gouvernement, les sénateurs et les associations d’élus. Le texte doit encore lever plusieurs incertitudes susceptibles de remettre en cause les objectifs de lutte contre les changements climatiques et l’effondrement de la biodiversité. 

     Entre 20 000 à 30 000 hectares sont artificialisés chaque année en France, alors que l’artificialisation des sols est la cause première d’effondrement de la biodiversité. Une grande partie de cet espace perdu est constitué de terres agricoles, dont la superficie française totale a diminué de 7,7% entre 1982 et 2019, au détriment de la souveraineté alimentaire, mais aussi en privilégiant des produits importés eux -mêmes issus parfois de surfaces déforestées.

    La stabilisation de la surface totale des sols artificialisés en 2050 est un objectif national consacré par la loi dite Climat et Résilience du 22 août 2021

    La première étape du plan « Zéro Artificialisation Nette » (ZAN), vise à diviser par deux le rythme d’artificialisation entre 2021 et 2031 par rapport à la décennie 2010 – 2020, au cours de laquelle 250 000 hectares ont été bétonnés. Le compromis trouvé entre l’exécutif et les sénateurs fixerait une limite de 135 000 hectares d’ici à 2032, soit 10 000 hectares additionnels avec un délai supplémentaire de deux ans.

    Pour la LPO,  si ces objectifs restent proches du projet initial pour être acceptables, des incertitudes demeurent, notamment au sujet de la nomenclature des espaces artificialisés :  quels espaces seront considérés comme artificialisés, quels sont ceux qui ne le  seront pas ?

     La LPO demande au gouvernement et aux parlementaires de clarifier au plus vite les 10 points essentiels suivant : 

  1.   La limite maximum de nouvelle artificialisation permise en France sera-t-elle bien au total proche de 125 000 hectares pour les 10 prochaines années ? La cohérence entre les objectifs ZAN des régions (inscrits dans le SRADDET), et des intercommunalités sera-t-elle garantie ?  
  1.   L’artificialisation résultant de projets d’envergure régionale, nationale ou internationale sera-t-elle bien prise en compte dans ce total ? 
  1.   Les projets industriels considérés comme « verts » seront-ils exclus de ces comptes, comme l’a souhaité Bruno Le Maire devant le Sénat le 30 mai dernier (ce serait un comble !) ? 
  1.   Les espaces publics herbacés pauvres en biodiversité (parkings végétalisés, golfs, terrain de football, etc.) seront-ils comptabilisés parmi les surfaces artificialisées ?  
  1.   Les jardins et pelouses des lotissements des particuliers seront-ils considérés comme artificialisés ? 
  1.   Est-ce que les bâtiments et entrepôts agricoles feront bien partie du décompte comme le contestent les sénateurs ?  
  1.   La garantie octroyant aux communes rurales une surface minimale de développement de 1 hectare sera-t-elle conditionnée à l’impossibilité d’une augmentation de la densité ? 
  1.   Les zones de montagne et du littoral, qui figurent déjà parmi les territoires les plus artificialisés en France, bénéficieront-elles de régimes dérogatoires au nom du développement touristique ? 
  1.   Les objectifs d’artificialisation par région et pour les grands projets seront-elles rendues publics dès l’examen de la loi ? 
  1. Un suivi annuel sera-t-il mis en place, en collaboration avec les associations environnementales ? 

Pour Allain Bougrain Dubourg, Président de la LPO : « Certes, le gouvernement n’a pas cédé à toutes les pressions des sénateurs qui souhaitaient détricoter la loi de 2021. Certes, le pire a été évité. Mais, une nouvelle fois, il nous faut endiguer les stratégies de recul en espérant de nouvelles avancées. Nous allons suivre de près l’examen à l’Assemblée pour que l’essentiel soit préservé. L’artificialisation constitue la deuxième cause du déclin de la biodiversité, il est urgent d’en finir avec un bétonnage meurtrier.»   

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

La transition écologique et énergétique des territoires clé de voûte de l’action publique

Le résultat des élections européennes du 26 mai dernier suscite le commentaire suivant d'Eric Fournier, président de la Communauté de communes de la vallée de Chamonix-Mont-Blanc et vice-président du Conseil régional délégué à l'environnement. Eric Fournier, président de la Communauté...

Mag2lyon numéro 163

NEWSLETTER

Rececevez réguliérement par mail nos dernier articles publiés

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.