Bioéconomie

Agriculture : des projets collectifs pour l’environnement

L’Assemblée Nationale a adopté en première lecture l’article 3 de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt prévoit la création de GIEE ( Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental) qui pourront bénéficier d’une majoration des aides en faveur de l’agriculture pour accompagner les démarches visant la double performance économique et environnementale.

Les GIEE seront reconnus au niveau régional. Ils devront fédérer plusieurs agriculteurs unis pour développer des systèmes adaptés à chaque territoire pour améliorer la double performance des exploitations.

Les GIEE développeront des démarches déjà illustrées dans la cadre de projets d’agroécologie retenus par le ministère.

 Cent trois projets impliquant 3 300 agriculteurs, ont été retenus dans le cadre d’un appel à projets « mobilisation collective pour l’agro-écologie » financé dans le cadre du Programme National de Développement Agricole et Rural (PNDAR). Ces projets sont autant de préfigurateurs des futurs GIEE. Huit de ces projets sont issus de Rhône-Alpes.

Ces projets sont représentatifs de la diversité des productions (élevage, grandes cultures, polyculture, maraîchage,…), de la diversité des acteurs du développement agricole qui assurent l’accompagnement des collectifs d’agriculteurs (chambres d’agriculture, coopératives, CUMA, groupements d’agriculteurs bio, CIVAM, associations…) et des territoires. L’autonomie alimentaire des troupeaux, la qualité de l’eau, la réduction des intrants, la conservation des sols, l’agriculture biologique, les économies d’énergie, la méthanisation ou l’agro-foresterie figurent

L’appel à projets a recueilli 469 candidatures de collectifs représentant au total 15 000 agriculteurs. Ce nombre important de réponses et la qualité des projets déposés témoignent de la réelle dynamique engagée en faveur de l’agro-écologie. C’est d’ailleurs à l’aune de l’excellence et de l’aboutissement des démarches candidates que le Ministre a décidé  d’augmenter le budget initial de l’appel à projet, le portant de 2,5 M€ à 6,7 M€.

La démarche engagée permet de faire émerger des collectifs d’agriculteurs qui pourront, une fois la loi définitivement adoptée, devenir des GIEE.

VOIR AUSSI