Environnement

BASF: des procédés de peinture automobile plus économes et plus propres

Le prix Pierre Potier récompense des innovations chimiques en faveur du développement durable. Créé il y a huit ans à l’initiative de la Fédération Française pour les sciences de la Chimie (FFC) et l’Union des Industries Chimiques (UIC), il est placé sous la tutelle du Ministre du Redressement productif.
La division Coatings de BASF développe depuis cinq ans, un procédé innovant de mise en peinture des caisses automobiles, en phase aqueuse.
La première génération a consisté en la suppression de la couche d’apprêt et de sa cuisson. En remplacement, deux couches de plus faibles épaisseurs ont été appliquées sans séchage intermédiaire directement sur la couche de cataphorèse. L’approche a permis une réduction de la consommation énergétique, des rejets de COV et des investissements en garantissant la résistance aux projections de gravillons et la tenue aux rayons UV. Néanmoins, des contraintes d’aspect et de qualité ne permettaient pas l’application de ce procédé pour des véhicules du segment moyen et supérieur.

Une seconde génération a été mise au point, plus économe en quantité de peinture utilisée, et pour laquelle l’investissement économique, les émissions de gaz à effet de serre et les consommations d’énergie sont réduits. L’optimisation de la formulation de la couche de peinture évite les défauts de séchage entre deux couches. Ce procédé réduit davantage l’impact environnemental sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Ce procédé réduit la quantité de peinture utilisée, les émissions de dioxyde de carbone jusqu’à 20% et la consommation énergétique jusqu’à 25%.
La mise en oeuvre de ce procédé est soutenue par l’industrie automobile, en particulier par PSA Peugeot Citroën. La nouvelle gamme de mise en peinture est en cours de déploiement industriel sur un de leurs sites à Shenzhen (Chine). PSA Peugeot Citroën réfléchit à développer la technologie seconde génération en France.

VOIR AUSSI