Biomasse / Déchets

Chaleur et électricité : COGEBIO valorise des biomasses locales variées

Etienne Lebas, ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure des Industries Chimiques de Nancy, docteur en  génie des procédés, a travaillé pendant une quinzaine d’années à l’Institut Français du Pétrole sur les  procédés de séparation, puis sur le génie thermique, en particulier sur les procédés de combustion propre par capture du carbone.
Il a créé en 2009,  ECOREN société qui a obtenu plusieurs récompenses, en particulier le prix de l’entreprise innovante décerné par le Ministère de la recherche et de l’Enseignement Supérieur.
ECOREN a  intégré la pépinière d’entreprises innovantes NOVACITE. Ces prix et subventions ont permis de financer à plus de 200 000 euros, une partie des recherches  et des études nécessaires ( 1,4 million d’euros  ) pour réaliser les prototypes qui ont permis de mettre au point un procédé de production de chaleur et d’électricité par cogénération.
L’objectif d’ECOREN est de valoriser d’une manière simple et efficace des biomasses d’origine locale, de composition variée.

Haut rendement

Mais la valorisation de la biomasse ne suffit pas. Il fallait obtenir la production d’un gaz  propre, susceptible d’être utilisé avec un haut rendement.

« C’est dans la région lyonnaise après avoir cherché dans le monde enter que j’ai trouvé un procédé de gazéification qui permet d’obtenir un combustible propre , permettant de récupérer la chaleur de fumées sans particules, capable de ne pas encrasser les échangeurs de chaleur qui réchauffent l’air. Un gazéifieur avait été mis au point par Louis Rousseau et Christian Bédrossian dans le cadre de l’entreprise LRCB » explique Etienne Lebas.

Une chaine complète de production

COGEBIO, issue du rapprochement de LRCB et d’ECOREN  dispose à présent d’une chaine complète de  production à partir de la biomasse (déchets agricoles déchets forestiers, etc.).
Le gazéifieur permet  par exemple de produire du  gaz de synthèse propre à partir de plaquettes forestières suffisamment sèches.  Les plaquettes alimentent un réacteur co-courant générant un gaz de qualité brûlé dans une chambre de combustion associée.

La chaleur des fumées propres est récupérée dans un échangeur  ce qui permet de réchauffer un flux d’air comprimé. L’air comprimé est détendu dans une turbine qui entraine le compresseur et l’alternateur. L’air chaud  récupéré en sortie de turbine est réutilisé pour améliorer  la combustion du gaz. Le rendement électrique est accru.
La chaleur cogénérée est disponible à la sortie de l’échangeur sous la forme d’un gaz à 300°C pour la production d’eau chaude, d’eau surchauffée, de vapeur ou le séchage direct.

COGEBIO vient de mettre au point un prototype avec lequel des essais vont commencer. Le prototype génère une puissance électrique de 100 KWe et une puissance thermique de 300 KW.

COGEBIO commercialise dès à présent des gazéifieurs de biomasse pour la production de chaleur dans l’industrie dans une gamme de 50 à 2000 kW. Le gaz de synthèse est utilisé dans un brûleur bi-combustible en combinaison avec un combustible fossile (gaz naturel, propane ou fioul) permettant une adaptation à tout type d’application (chaudière, four, séchoir,…).

VOIR AUSSI