Énergie

Eco-technologies: France Nouvelle Energie demande des changements en profondeur

Des dirigeants de start-ups et PME technologiques innovantes de l’économie verte ont créé le collectif « France Energie Nouvelle ». L’association veut ”  faire évoluer les rigidités de l’économie française dans le sens de la transition industrielle et écologique, tout comme de partager leurs expériences, leurs visions avec l’ensemble de la société

Des problèmes propres pour l’économie verte

Pour France Energie Nouvelle, au delà des difficultés des PME innovantes et industrielles les Cleantech ont des problématiques propres : longs cycles de développement, besoins importants en capitaux, concurrence mondialisée et parfois faussée d’acteurs émergents, concurrence d’acteurs nationaux à financement public, dépendance vis à vis des réglementations nécessaires et souvent trop volatiles, marchés nationaux sur lesquels certains acteurs traditionnels sont en position quasi monopolistique.

A ce jour rappelle France Energie Nouvelle,  aucune start-up et PME de taille mondiale n’a
émergée en France dans le secteur à la différence de l’Allemagne, la Chine, les USA, le Danemark, l’Espagne et bien d’autres.

Ne pas privilégier les grands groupes

France Energie Nouvelle souhaite que soient abordées les problématiques suivantes:

· Emergence d’un écosystème de start-ups industrielles et de services technologiques

Cette émergence est nécessaire pour faire apparaitre les grands de demain. FNE demande de s’écarter  “des seules filières qui ne sont accessibles qu’aux grands groupes industriels comme les récents programmes de grandes éoliennes en mer ou grandes centrales biomasses.”

· Politiques destinées à susciter une demande forte pour de l’innovation.

Ces politique doivent venir des collectivités locales et de l’Etat, y compris via des délégations de service public, plutôt ” qu’une subvention d’acteurs innovants sans réels marchés“. Le manque de diversité des donneurs d’ordres dans l’eau, le traitement des déchets, les transports et l’énergie un déficit d’innovations développées et mises sur le marché, condition préalable à la conquête des marchés mondiaux.

· La mise en valeur de la création de jeunes pousses industrielles

Ces entreprises devraient être issues de partenariats entre le monde de la recherche et le monde de l’entreprenariat, dans le cadre d’une réévaluation des politiques de Recherche et Développement Industriel ;

· Le soutien à l’export des jeunes PME innovantes

Il devrait intéresser les marchés internationaux par des financements adaptés à la mise au point de nouvelles technologies et aux clients ciblés;

· Repenser les financements européens de l’innovation

Cette refonte devrait permettre la croissance de PME européennes innovantes en finançant les premières mises sur le marché européen de leurs produits ou services innovants compétitifs.

LES PROJETS CONCRETS DE FRANCE ÉNERGIE NOUVELLES

· L’ouverture des marchés des collectivités locales à l’innovation dans les technologies vertes,

· La mise en place à brève échéance d’un Small Business Act promis par tous les candidats aux
présidentielles,

· La place des start-ups et PME dans la gouvernance de la future Banque Publique d’Investissement. En parallèle une réflexion très rapide sur la réorganisation du soutien public au dispositif de capital risque français.

· Mise à plat avec les acteurs publics du commerce extérieur et de l’aide française à
l’international des actions de soutien et des mécanismes de financement des solutions innovantes des PME françaises.
· La réalisation d’un bilan des programmes de financement de l’innovation par l’Union Européenne.

VOIR AUSSI