Les villages intelligents leviers pour une transition numérique, écologique et sociale


Le manifeste RURALITIC des smart villages, affiche une démarche optimiste qui repose sur une stratégie et les principes d'une  France " durable et épanouie". Ruralitic, université d'été du numérique pour les territoires ruraux se tient à la fin du mois à Aurillac, dans le Cantal.

Le mouvement des villages intelligents entend incarner une nouvelle manière d’aménager et d’animer les territoires. Il contribue à la réalisation de la triple transition numérique, écologique et sociétale en s’appuyant sur la vigueur de son unité territoriale de base - la commune – en vue de développer la qualité du vivre-ensemble sous le signe de la bienveillance sans préjugés.

Le mouvement Ruralitic estime que " les territoires ruraux et les villes moyennes voient (... ...)  leur attractivité renforcée."

Ci dessous le texte du Manifeste de Ruralitic qui peut être signé par tout(e) élu(e) local(e) et tout(e) citoyen(ne) se reconnaissant dans ses principes et désirant les promouvoir sur http://www.petitions24.net/le_manifeste_des_smart_villages

" De plus en plus d’urbains des grands métropoles rejoignent ces territoires à taille humaine, y apportant leurs savoir-faire mais aussi leurs exigences en termes de service. Le village intelligent sait croiser les atouts de la petite échelle avec des services aux populations performants et modernes. Le smart village refuse les phénomènes de concentration urbaine et leur cortège de mal-êtres : solitude, pollution, stress, misère, vivre différemment, pour vivre mieux, en créant un équilibre entre ville et campagne. Le manifeste des smart villages est une série d’engagements dont les équipes municipales peuvent librement s’emparer. Ces engagements doivent ensuite être partagés avec les habitants. Ils ne constituent pas un programme politique, mais bien une série de principes à l’usage d’un projet municipal. Le manifeste des smart villages pose pour principe que les métamorphoses sociales ne se font jamais « par la haut » mais bien de façon remontante, de la plus petite unité à la plus grande. Le passage de notre société d’un modèle consumériste, industriel et financier à un modèle durable ne peut être décrété par les élites au pouvoir dans les grandes villes, mais seulement concrétisé progressivement par l’addition des initiatives locales.

Le manifeste des smart villages souhaite fédérer celles et ceux qui ne veulent plus se contenter de déplorer la situation du Pays ou de chercher les responsables de ses difficultés mais veulent à présent construire, à leur échelle et ensemble, des solutions pour l’avenir.

Être un smart village c’est :

1/ Se mettre en situation de disposer, par tous moyens possibles, d’une connexion Internet de qualité pour chaque foyer et chaque entreprise, et d’une couverture complète en Internet mobile sur le territoire communal, le smart village est un territoire connecté. 

2/ Favoriser, à travers les outils numériques mais pas seulement, la participation active des citoyens aux projets intéressant le territoire pouvant aller jusqu’à des processus de financement participatif, le smart village est un espace de démocratie participative.

3/ Rechercher par tous les moyens la sobriété du territoire : eau, électricité, gaz, carburants... Les smart villages s’appuient sur des réseaux de capteurs pour identifier les fuites, gérer intelligemment l’éclairage public et le chauffage des bâtiments publics, ils privilégient le recours aux énergies renouvelables et les mobilités douces, le smart village est un territoire sobre et durable (smart grids, covoiturage, TAD électrique...).

4/ Promouvoir la construction durable, privilégier les formes d’habitat économes en énergie et s’intégrant le mieux aux paysages (habitat bioclimatique, earthships). Privilégier la réhabilitation des bâtiments anciens. Se refuser à construire des « HLM à plat », c’est-à-dire des lotissements, mais développer des logiques d’éco-quartiers, le smart village est un lieu d’habitat éco-citoyen. 

5/ Se donner pour projet le développement du capital humain local, à travers la formation à distance, la médiation numérique, les Moocs, l’école numérique, les universités populaires... Ce projet s’adresse à tous les âges et doit permettre à chacun de maîtriser les outils qui donnent accès à la connaissance et donc à la compétence et donc à l’emploi ou à la création d’activité, le smart village est un espace « d’empouvoirement » local (renforcement des compétences et pouvoirs des citoyens) et de médiation numérique.
. 6/ Développer une culture de l’entrepreneuriat « enraciné » et permettre aux populations de la commune d’accéder à la connaissance des clés pour « créer son emploi ICI » (télétravail, statut d’indépendant). Le smart village est un territoire entreprenant. 

7/ Proposer un service public en ligne complet à ses administrés, à travers un site web communal permettant d’accéder à toutes les formalités, locale ou nationales (dont l’usage sera assimilé par tous dans le cadre d’ateliers de médiation numérique) et partager sur le territoire un dispositif de télé santé permettant de rétablir l’égalité dans l’accès aux soins (téléconsultation, Maisons de Service au Public...). Le smart village est un territoire d’égalité devant le service public.

8/ Développer les relations internationales et utiliser les outils numériques pour rendre plus permanentes et intenses les relations de jumelage, se montrer ouvert et curieux des autres langues et cultures, le smart village est un territoire « du monde ». 9/ Privilégier les dispositifs d’alimentation en circuit court, et développer une culture de santé publique par la prévention, l’alimentation et le bien-être par l’activité physique, le smart village est un espace de bien-être et d’équité. 10/ Favoriser toute initiative ayant pour conséquence la mise en réseaux des habitants du territoire, entre eux et au-delà (réseaux sociaux, groupes professionnels, associations...). Le smart village et ses habitants font partie d’un tout.





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon-Turin : la Transalpine demande la mise en place de l’Eurovignette

Mercredi 27 septembre se tient à Lyon un Sommet franco-italien co-présidé par Emmanuel Macron et Paolo Gentiloni, Président du Conseil italien. Le Comité pour la Transalpine attend que l’Etat français confirme ses engagements, pour le financement du tunnel de base mais aussi pour celui des accès.


Supraways : des investissements moins lourds

Les réseaux de navettes suspendues imaginées par SUPRAWAYS permettent un investissement d’un montant limité au kilomètre linéaire et misent sur une capacité horaire par ligne supérieure à celle de systèmes lourds.


Supraways vise des transports publics équilibrés sur le plan financier

Avec des systèmes de transports urbains suspendus et automatisés, Supraways entend développer des services équilibrés sur le plan financier.


Supraways, des systèmes de transport suspendus et automatiques pour la ville de demain

A ECULLY,  la jeune pousse SUPRAWAYS, installée au sein de la pépinière EM Lyon, imagine une solution de transports suspendus, qui libère le sol des villes et offre un réseau de transports avec des modules guidés automatiquement.


Salon Glassman Europe : le secteur du verre d’emballage innove pour l’économie circulaire

Le salon Glassman Europe 2017 réunit à Lyon pendant deux jours un millier de spécialistes du verre creux destiné à l’emballage. Le secteur a fait d’énorme progrès pour réduire sa consommation énergétique et développer le recyclage.


Antarctique : le vent sublime les flocons et réduit les chutes de neige

Dans une zone de Terre Adélie, près du sol, les vents catabatiques font passer les flocons de neige de l’état solide à l’état gazeux ce qui réduit en partie les précipitations neigeuses qui contribuent à la formation de la calotte glaciaire. L’étude paraît dans Proceedings of the National Academy of Sciences. Enviscope.com à partir du […]


Le SuperGrid Institute à Villeurbanne : pour les stations de transfert d’énergie de demain

Le SuperGrid Institute à Villeurbanne  travaille sur plusieurs volets des réseaux  d’électricité du futur, notamment les Stations de Transfert d’Energie par Pompage.


Lighting Days : trois rendez-vous autour de l’éclairage les 13 et 14 décembre à Lyon

Le regroupement des salons leaders en France sur le marché de l’éclairage, ForumLED Europe, Full LED Expo et Forum LumiVille, donne naissance aux LIGHTING DAYS, qui se tiendront les 13 et 14 décembre, au Palais des Congrès de Lyon. Trois salons aux approches différentes du secteur de l’éclairage et de la lumière, ForumLED Europe, Full […]


Des technologies pour de nouveaux réseaux d’énergies

La production d’électricité renouvelable sera bien plus décentralisée et bien plus irrégulière que la production actuelle, d’origine thermique, centralisée et prévisible.


Electricité renouvelable : 22,1% de la consommation au deuxième trimestre

Le Syndicat des Energies Renouvelables met en avant la progression de la puissance installée en un an. La puissance du parc de production d’électricité renouvelable – hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies – s’élève, fin juin 2017, à 46 853 MW. Elle atteint 91 % de l’objectif 2018 prévu par la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie).


Nucléaire médical : l’Autorité de sûreté prône la vigilance

La Division Auvergne Rhône-Alpes de Autorité de Sûreté Nucléaire contrôle  les installations nucléaires utilisées dans le secteur de la santé.


Chauffage au bois : la qualité de l’air est un objectif pour le SER

Le Syndicat des Energies Renouvelables  met en avant  une étude « Impact de la qualité du combustible bois bûche et de l’évolution du parc d’appareils à bois sur la qualité de l’air » qui confirme les progrès réalisés et les progrès possibles pour la qualité de l’air.


Sureté nucléaire : globalement satisfaisante en Auvergne-Rhône-Alpes

La Division Auvergne Rhône-Alpes de l’Autorité de Sûreté Nucléaire  estime que la radioprotection est d’un bon niveau dans la région, mais elle attire l’attention sur les améliorations à apporter dans le secteur de la radiothérapie.


Les groupes chimiques misent sur la mobilité durable

Les acteurs régionaux de la chimie mais aussi Michelin, misent sur la transition énergétique.


IFPEN acteur de la recherche en Auvergne-Rhône-Alpes

L’IFP Energies Nouvelles entretient des liens étroits avec la recherche notamment en région lyonnaise.