Risques sanitaires

Excès de poids et obésité aggravent les risques de plusieurs cancers

Une nouvelle évaluation menée  dans le cadre des monographies de l’Agence internationale de recherché sur la Cancer (Lyon) a conclu que le surpoids et l’obésité  sont des facteurs de risques pour plusieurs localisations de cancer que prévu.

Alors que certains attribuent à l’environnement l’essentiel des causes de cancers, le CIRC, à Lyon, montre que les comportements et les habitudes des personnes, comme leur alimentation entraînant un surpoids ont un rôle dans la survenue de cancers.

Basée sur une revue systématique des la littérature scientifique, le Groupe de Travail des Monographies de l‘Agence internationale de recherche sur le Cancer a réuni 21 experts International indépendants qui ont étudié plus de 1000 études y compris des études expérimentales et des études sur le mécanisme liant  l’excès de graisse et le cancer.

Cette évaluation globale renforce  les bénéfices du maintien d’une poids corporal  sain, pour réduire les risques de plusieurs cancers, “ explique le DR Béatrice Lauby-Secretan, auteur principal de ce nouvel article.

 Les experts confirment  les évaluations précédentes des monographies de l’IARC (volume 6 publié en 2002)  selon lesquelles une absence d’excès de graisse réduit le risque de cancer du colon et du rectum,  de l’œsophage (adénocarcinome), du rein ( cancer des cellules du rein),  du cancer du sein chez la femme après ménopause et de cancer de l’endomètre de l’utérus.

De plus, la revue de la littérature valable pour les adultes d’âge moyen montre une évidence suffisante chez l’homme pour conclure que l’absence d’un excès de poids réduit le risque de cancers  du cardia gastrique, du foie, de la prostate, du pancréas, des ovaires, de la thyroïde,  les méningiomes et plusieurs types de myelomes.

Une évidence limitée montre que l’absence de  surpoids réduit le risque de cancer mortel de la prostate, du cancer du sein chez la femme. Le Groupe de travail  a aussi passé en revue des données concernant le surpoids chez l’enfant, les adolescents et les jeunes adultes jusqu’à 25 ans pour établir si l’obésité dans des premières périodes de la vie a un lien avec le cancer dans la vie adulte. Pour plusieurs localisations de cancer, incluant le colon et le foie, les associations entre les excès de poids et les cancers ont été observées dans les mêmes conditions que chez l’adulte.

Des expériences chez l’animal ont montré que le surpoids accroît l’indice de plusieurs types de cancers. Des études sur le surpoids chez des animaux ont montré que la restriction calorique ou alimentaire réduit le risque de cancer de la glande mammaire, du colon, du foie, de la peau, du pancréas, de la glande pituitaire.

L’excès de poids est défini avant tout par l’indice de masse corporal (IMC) calculé en divisant le poids en kilos par le carré de la taille en mètre. Chez les adultes, le surpoids est défini  lorsque l’IMC est égal ou supérieur à 25 et obésité lorsque l’IMC est supérieur à 30.

Au niveau mondial, on estime que 640 millions d’adultes étaient obèses en 2014 soit 6 fois plus qu’en 1975. Le nombre des enfants obèses était de 110 millions  en 2013 soient deux fois plus qu’en 1980. La prévalence de l’obésité était de 10, 8 % en 2014 pour les hommes, de 14,9% pour les femmes, de 5% chez les enfants. Il y a globalement davantage de personnes en surpoids ou obèses que de personnes en sous poids. En 2013,  environ 4,5 millions de décès ont pu être attribués au niveau mondial au surpoids et à l’obésité.

VOIR AUSSI