Construction et aménagement

Foncier : les candidats aux régionales veulent une plus grande décentralisation

Le dernier thème abordé cette semaine par Enviscope.com et Lyonpoleimmo.com dans le cadre des élections régionales concerne le bâtiment et le foncier. Les quatres candidats des listes interrogées mettent en avant la nécessité de décentraliser la politique foncière auprès des territoires, sans pour autant être d’accord sur les solutions.

Concernant la construction récente des deux hôtels de région en Auvergne et Rhône-Alpes, le candidat de la droite et du centre Laurent Wauquiez juge « scandaleux » le fait d’avoir dépensé 180 millions d’euros pour la construction de l’hôtel de région de Rhône-Alpes, et 80 millions pour celui d’Auvergne, alors même que l’économie doit être relancée. Christophe Boudot, le candidat du Front national, pointe lui aussi le manque de cohérence et de vision de la politique régionale sortante dans la construction de ces deux bâtiments. Toutefois, il précise la nécessité de leur utilisation respective. Ainsi, afin de limiter les dépenses, il indique que les assemblées plénières et les commissions se tiendront à Lyon, tandis que certains services seront déconcentrés à Clermont.

Cette idée ressemble assez à celle défendue par le candidat socialiste Jean-Jack Queyranne. Ainsi, le Président sortant indique que les assemblées plénières auront lieu en Rhône-Alpes, tandis que les directions administratives seront délocalisées en Auvergne, ce qui permettra une plus grande décentralisation. De son côté, le candidat du rassemblement Jean-Charles Kohlhaas pointe la nécessité d’éviter « le gaspillage », car la réforme territoriale a remis en question la construction des deux sièges. Il estime qu’il est nécessaire de conserver le personnel régional d’Auvergne pour une répartition juste des services au sein des territoires. Le candidat écologiste indique par ailleurs vouloir revendre l’ancien site du Conseil régional situé à Charbonnières afin d’y construire des logements sociaux, et ainsi réaliser des économies. Cette idée est opposée à celle de Laurent Wauquiez qui est le seul autre candidat à avoir évoqué dans les questionnaires l’ancien siège de la région. Ainsi, ce dernier veut le valoriser en y installant un campus universitaire des métiers du numérique.

En matière de foncier, les quatre candidats pointent la nécessité que la région soit au plus proche des territoires. Ainsi, Jean-Jack Queyranne rappelle que la région a soutenu durant son mandat les établissements publics fonciers départementaux, et ajoute que ce partenariat a permis d’intervenir au plus près de la réalité des territoires.

Le Front national reprend cette thématique de la nécessité pour les élus locaux d’avoir leur propre politique foncière qui ne soit pas dictée par la Région. Christophe Boudot estime ainsi que la politique régionale foncière actuelle « n’est pas adaptée aux collectivités ni aux habitants ». Il propose par ailleurs de lever les restrictions foncières actuelles du nombre de terres constructibles en milieu rural. Laurent Wauquiez considère quant à lui que « le centralisme et l’interventionnisme de la région en la matière ne constitue pas une solution », et insiste sur le fait que la région doit simplement accompagner les acteurs locaux dans leurs décisions, afin que tout soit étudié au plus près, sur le terrain.

Jean-Charles Kohlhaas met quant à lui en avant la transversalité du foncier qui renvoie à plusieurs thèmes comme l’économie, les transports ou le logement. Il pointe lui aussi la nécessité que les élus locaux s’approprient le foncier. Il souligne par ailleurs que l’extension urbaine doit constituer une exception, car le renouvellement urbain doit être privilégié. Cet argument est d’ailleurs repris par Jean-Jack Queyranne qui privilégie « la construction de la ville sur la ville », plutôt que l’étallement urbain. Enfin, le candidat écologiste souhaite que la politique régionale foncière de Rhône-Alpes soit étendue à la région Auvergne, car il estime que « le foncier en matière de terres agricoles représente un enjeu majeur ».

jean-baptiste.jacquet@enviscope.com

 

VOIR AUSSI