Mobilité

La CGT veut le développement du bus

Les fédérations CGT des Transports et de la Métallurgie ont organisé une rencontre à Annonay (Ardèche) près de l’usine Irisbus, à laquelle ont participé des militants CGT d’Irisbus, de la RATP et des TCL.

Les représentants des trois syndicats ont été d’accord sur la nécessité de maintenir et de développer la filière industrielle bus en France. La CGT entend faire travailler ensemble ” salariés de l’industrie et salariés du transport urbain.

Le développement de la construction de bus doit permettre de maintenir, voire de développer des milliers d’emplois et un savoir-faire industriel. La CGT rappelle que pour des collectivités territoriales qui connaissent des difficultés à financer leurs transports urbains, l’autobus est un mode de transport économique, souple, évolutif. Le bus peut répondre au déplacement de masses importantes d’usagers comme certains exemples étrangers l’ont confirmé.

Le bus peut fonctionner avec des sources d’énergie très diverses : bus hybrides, électriques, GNV (Gaz Naturel Véhicule), biocarburants (voire hybride-biocarburant), biogaz, ou trolleybus. Le bus permet de répondre aux objectifs du Grenelle de l’environnement, aux objectifs européens de réduction de GES (Gaz à effet de serre), ou à ceux du protocole de Kyoto. Le but : répondre à des enjeux de santé public qui concerne les populations urbaines et particulièrement les personnels des transports urbains qui sont plus que d’autres soumis à la pollution.

Le développement des bus suppose de la part des industriels implantés en France les investissements nécessaires, en particulier en termes de R&D avec le soutien des pouvoirs publics. Les bus hybrides, fonctionnant au gaz, ou les trolleybus à haut niveau de service (Cristalis) sont parfaitement maîtrisés en France, sont des solutions. Mais les syndicats CGT signalent que les conditions de production des batteries susceptibles d’équiper les bus électriques tout comme les conditions dans lesquelles sont produits les bus dans certains pays, ou par certaines compagnies, ne respectent aucune des normes de l’OIT (Organisation Internationale du Travail). Les conditions de production doivent être prises en compte lors des appels d’offres publics rappelle la CGT.

michel.deprost@enviscope.com à partir du communiqué du syndicat CGT.

 

 

VOIR AUSSI