Auvergne-Rhône-Alpes

La collecte des piles et batteries en progrès en Auvergne-Rhône-Alpes

À l’occasion de la semaine européenne du recyclage des piles (7 – 13 septembre), l’éco-organisme Corepile fait le point sur les progrès de la collecte des piles et batteries en Auvergne-Rhône-Alpes.

66 millions de piles et batteries portables qui ont été collectées et recyclées en Auvergne-Rhône-Alpes en 2019. ©Corepile

Du 7 au 13 septembre 2020 se tiendra la 6e édition de la semaine européenne du recyclage des piles, organisée dans toutes les régions de France et les DOM par Corepile, éco-organisme en charge de la collecte et du recyclage des piles et batteries portables (petites batteries et batteries de mobilité électrique) usagées.

Auvergne-Rhône-Alpes en tête

En 2019, ce sont 66 millions de piles et batteries portables qui ont été collectées et recyclées en Auvergne-Rhône-Alpes, soit près de 3 millions de plus que l’année précédente. Les Aurhalpins se hissent ainsi à la 1e place des performances régionales, avec une progression de 4,5 %. La région Auvergne-Rhône-Alpes représente à elle seule 13,5 % des volumes collectés en France !

« Si 5 ans s’écoulent, en moyenne, entre la fabrication d’une pile et son retour dans la filière de recyclage, il est indispensable de se rappeler qu’elle doit être déposée dans l’un des points de collecte, pour être recyclée et connaître une seconde vie respectueuse de notre environnement », rappelle l’éco-organisme qui entend accompagner toutes les initiatives de sensibilisation et de collecte des piles et batteries, en mettant gratuitement à disposition des outils d’information.

Sur 100 piles, seules la moitié sont prises en charge par la filière de recyclage. 35 d’entre elles sont en usage ou stockées dans nos foyers parfois plusieurs années. Et environ 15 sont encore jetées dans les ordures ménagères ou dans la nature. L’objectif de Corepile est donc de mobiliser tous les Français pour encore progresser en réduisant cette proportion pour éviter tout risque de pollution.

Le geste de tri permet d’éviter de gaspiller des matériaux métalliques, rappelle Corepile. Les réserves naturelles de certains d’entre eux s’épuisent et deviennent stratégiques, comme le nickel et le cobalt. 80,7 % du poids de l’équipement sont recyclés en alliages et divers métaux (Fer, Acier, Zinc, Manganèse, Nickel, Plomb, Cobalt ou Cadmium). La majorité de ces métaux issus du recyclage, sera réutilisée dans des industries métallurgiques pour fabriquer des objets courants comme des vélos ou des articles de quincaillerie et dans certains cas dans la fabrication de batteries.

Renforcer la collecte des batteries de vélos et trottinettes

Le réseau des points de collecte pour les batteries de vélos et trottinettes électriques en fin de vie se développe dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, avec désormais 132 adresses. ©Corepile / Google Maps

Alors que parallèlement la mobilité électrique se développe, Corepile souligne que les batteries utilisées dans les vélos et trottinettes électriques se recyclent aussi. « Le recyclage des batteries utilisées pour la mobilité électrique est un véritable défi, étant donné l’importance de cette nouvelle technologie dans la décennie à venir. Nous devons créer un nouveau réflexe de recyclage pour les consommateurs de ces nouveaux produits », confie Frédéric Hédouin, directeur général de Corepile. Une fois hors d’usage, ces batteries doivent également être rapportées dans des points de vente de vélos électriques pour être prises en charge par l’éco-organisme. Tout comme les ventes, le réseau des points de collecte pour ces batteries en fin de vie se développe dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, avec désormais 132 adresses.

VOIR AUSSI