La Coopérative la Dauphinoise développe la confusion sexuelle dans les vergers

Au sein du Groupe coopératif Dauphinoise, 84% des vergers suivis sont protégés grâce à la confusion sexuelle,  avec des diffuseurs de phéromones conçus par BASF.

La Coopérative Dauphinoise s’engage auprès de ses adhérents pour le développement de la technique de la confusion sexuelle. Elle leur apporte son expertise dans la définition du plan de pose, la préparation du chantier de pose et le suivi.

Cette solution, proposée par BASF, répond à la stratégie de la Coopérative de développer des techniques respectueuses de l’environnement en cultures spécialisées comme en grandes cultures.  “Elle répond aux attentes sociétales pour une agriculture durable. En effet, les consommateurs accordent une attention de plus en plus forte à l’origine et à la composition des produits alimentaires qu’ils consomment. ” Aujourd’hui, 21 000 hectares sur les 40 000 hectares en France sont protégés par la confusion sexuelle.

Des fruits rendus impropres à la consommation

Les arboriculteurs doivent faire face à de nombreux ravageurs, notamment des papillons nuisibles comme les carpocapses et tordeuses de la pelure. Se développant jusqu’au rythme de trois générations par saison, les ravageurs pullulent dans les vergers. Les larves des papillons s’attaquent aux fruits rendus impropres à la consommation. Les larves de carpocapses, pénètrent dans le fruit, encombrent les galeries de déjections et s’attaquent aux pépins. Pour les tordeuses de la pelure  les larves consomment l’épiderme du fruit et forment des broderies et des cavités.

Les papillons ravageurs pullulent car ils se reproduisent,  les femelles émettant un mélange phéromonal pour attirer les mâles et s’accoupler. La confusion sexuelle permet d’intervenir de manière préventive en rendant impossible l’accouplement. Le principe est simple : installer dans les vergers des diffuseurs qui permettent de reproduire à l’identique les phéromones des femelles. Une  seule pose en début de saison suffit à raison de 500 diffuseurs par hectare. Les diffuseurs se présentent sous la forme d’une capsule et sont positionnés dans le tiers supérieur de l’arbre. Sans accouplement, pas de larve susceptible d’attaquer les fruits, les populations de nuisibles ne se développent pas.

 

L’expérience acquise par BASF cette méthode de biocontrôle permet de combiner au mieux les itinéraires techniques et de réduire l’utilisation d’insecticides traditionnels. Les diffuseurs Rak® ont été conçus pour faciliter le travail des producteurs, en affectant le moins possible les couts de production.

VOIR AUSSI