Biotope

La Vallée Blanche, étape d’un périple alpin en mobilité douce

Les enjeux environnementaux sont très importants pour le secteur du tourisme dont l’impact est très fort surtout dans le secteur des transports. La Convention Alpine, traité signé par plusieurs états alpins et par l’Union européenne, vise à développer dans les pays adhérents des politiques touristiques qui promeuvent les modes de transport économes en énergie et en carbone.

Pendant neuf jours des journalistes de plusieurs pays d’Europe, travaillant sur les questions d’environnement participent à l’opération SUPERALP. Objectif: montrer que des modes de transports économes permettent de découvrir les plus beaux paysages des Alpes.

La première étape de SUPERALP 5, a commencé à Chamonix, lundi par une rencontre avec des représentants de la Ville et de l’Office de Tourisme. Elle a mené mardi les participant sur le terrain, avec au programme la traversée de la Vallée Blanche.

La découverte de la Vallée Blanche, un vaste glacier qui se termine par la Mer de Glace peut-être réalisée en arrivant par les transports en commun. Il faut arriver d’abord à Saint-Gervais Le Fayet, en utilisant un TER, puis monter à bord d’un train à voie étroite  qui relie Saint-Gervais à Martigny, en Suisse, en passant les Alpes. Le trajet est long, 2 heures, mais permet une découverte originale ( et propre ) des Alpes.

Pour l’Aiguille du Midi, il convient de descendre à l’arrêt créé récemment ” Aiguille du Midi”, qui permet d’éviter d’aller jusqu’à la gare de Chamonix. L’arrêt Aiguille du Midi ( 2) est à quelques minutes de la nouvelle gare du téléphérique de l’Aiguille du Midi. On peut se contenter de monter à l’Aiguille, ce qui transporte en quelques minutes dans le milieu froid et vertigineux de la haute montagne. Ici se croisent touristes de toutes nationalités et montagnards de tous niveaux, partant pour des courses dans le Massif du Mont Blanc. Les vue depuis les différents panoramas et passerelles de l’Aiguille, sont à couper le souffle.

Mais l’Aiguille du Midi est aussi le point de départ de la traversée de la Vallée Blanche. Attention la traversée jusqu’à la Pointe Helbronner, en Italie, demande trois bonnes heures de marche pour des personnes aguerries à la progression sur glacier. Ces personnes peuvent recourir aux services d’un guide de haute montagne, ou se lancer en cordée avec d’autres alpinistes expérimentés et équipés (3)

La descente de l’Aiguille du Midi est le moment le plus délicat de la course.  On doit progresser avec précaution sur une arète de neige  large de 50 centimètres au maximum, qui descend assez rapidement et tourne. Chaque pas doit être fait avec concentration. Cette partie délicate, à risque, dure une dizaine de minutes. Le descente se poursuit ensuite dans des conditions moins périlleuses mais l’attention ne doit pas être relâchée.

La  course permet de découvrir la belle géologie du massif du Mont Blanc taillé dans de beaux granits. Dalles verticales d’un bloc, d’un beau rocher, sain, aiguilles nombreuses lancées vers le ciel, glaciers généreux, crevasses impressionnantes: le décor est proprement extraordinaire.

 

VOIR AUSSI