Économie durable

Laurent Mauriac, président du Spiil : un outil au service de toute la presse

Le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil), co-fondateur de l’organisme de gestion collective des droits voisins, dus à la presse pour l’utilisation de ses contenus, soutient cette première européenne.

Laurent Mauriac, co-président du Spiil : « La création [de ce nouvel OGC] nous semble le meilleur moyen d’assurer une gestion équitable, transparente et efficace des droits voisins prévus par la loi, au service de l’ensemble du secteur de la presse ».
La presse tire des revenus de plusieurs sources largement remises en cause par l’hégémonie des “GAFA” établie de manière unilatérale au niveau mondial depuis plus d’un quart de siècle, permettant la domination du marché d’Internet par une poignée d’entreprises. Cette hégémonie a été établie notamment par le non-respect des droits de propriété intellectuelle.

Laurent Mauriac, président du Spiil, le syndicat de la Presse indépendante d’information en Ligne (auquel adhère Enviscope) annonce que celui-ci « s’impliquera avec énergie dans le fonctionnement de cet organisme de gestion collective (OGC). Sa création nous semble le meilleur moyen d’assurer une gestion équitable, transparente et efficace des droits voisins prévus par la loi, au service de l’ensemble du secteur de la presse. Nous saluons l’engagement de longue date de Jean-Marie Cavada sur ces questions ».

230 éditeurs de presse indépendants

Le Spiil, créé en octobre 2009, représente 230 éditeurs indépendants représentant 300 titres de presse numériques et imprimés, généralistes et spécialisés, de presse nationale ou locale, et tous types de modèles économiques. Il défend l’indépendance des entreprises de presse, la neutralité des supports, l’égalité de traitement entre presse imprimée et presse numérique, l’innovation dans le secteur et la transparence pour garantir la confiance du public.

La Sacem, numéro un mondial de la gestion des droits

La Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem), première société de gestion collective à but non lucratif, est un leader mondial de la gestion des droits à l’ère numérique avec plus de 2 000 acteurs de l’Internet (plateformes, réseaux sociaux, streaming musical, SVOD…) sur 170 pays. C’est elle qui a été choisie pour collecter les droits pour le compte du nouvel OGC.

La Sacem compte 182 520 membres dont 21 910 créateurs de 174 nationalités et représente plus de 153 millions d’œuvres du répertoire mondial. Elle collecte également des “droits voisins” pour les artistes-interprètes et les producteurs de musique, l’ensemble de la copie privée en France via Copie France dont elle est l’opérateur, ainsi que pour les guildes américaines de réalisateurs (DGA), de scénaristes (WGAW) et les producteurs de cinéma (MPAA). Elle collecte via des mandats des droits en France et dans le monde pour d’autres organismes de gestion collective : Sacd, Scam, Adagp, Socan (Canada), Komca (Corée) et pour des éditeurs de musique internationaux.

 

Lire également sur Enviscope :

Revenus sur internet : la presse en ligne organise sa gouvernance. ​

Presse contre Google : le Syndicat de la presse en ligne veut une régulation démocratique

Des éditeurs de presse français déposent plainte contre Google

Une proposition de loi pour encadrer la valorisation des articles de presse par les plateformes en ligne

VOIR AUSSI