Science

Le code de la Chimie organique facliter la création denouveaux matériaux

L’équipe du professeur Stefan Matile de l’Université de Genève (UNIGE) a publié dans la revue Nature Chemistry un article proposant aux chimiste une sorte de code leur permettant d’accéder à de nouveaux
niveaux de complexité.
La chimie organique, à base de carbone peine à construire et de gérer des architectures moléculaires aussi
complexes que celles que la nature réalise avec une efficacité redoutable.
Pour le professeur de l’UNIGE et membre du NCCR Chemical Biology il est nécessaire de trouver un code permettant de comprendre et de travailler sur la complexité, comme le font les généticiens. Le code génétique  repose sur quatre bases, adénine, cytosine, guanine et thymine (A, C, G, T). La structure en double hélice de l’ADN est elle aussi assez simple. La complexité naît essentiellement du transfert de cette information d’une étape à l’autre par la cellule.»
Stefan Matile est convaincu d’avoir réalisé grâce au concours de son collaborateur, Edvinas Orentas la mise au point du code de la chimie organique. «Je dois admettre que c’est un travail extrêmement compliqué, fondamental
et théorique, reprend le professeur. Mais je le crois aussi assez révolutionnaire surtout si nous arrivons à le mettre en oeuvre sur le plan pratique.»

Ce code permettrait aux organiciens pourraient écrire des plans en deux dimensions , un défi relativement simple et gérable, transcrits en systèmes tridimensionnels. Cette transcription fonnctionne avec
une fidélité de 97%, donc proche de la perfection.

Le groupe de Stefan Matile va tenter de mettre ce code en pratique pour réaliser des matériaux de surface comme ceux que l’on utilise pour fabriquer des cellules solaires organiques, lesquelles imitent les processus en oeuvre dans la photosynthèse. «Nous ne savons pas encore si cela va marcher exactement comme nous l’attendons, mais l’aventure
s’annonce passionnante.»

VOIR AUSSI