1. Accueil
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Énergie
  6. >
  7. Les industries consommatrices...

Les industries consommatrices énergies veulent conserver le nucléaire et explorer les gaz de schistes

Le coût de l’énergie est un facteur de compétitivité  pour les industries qui utilisent largement de l’énergie et portent de nombreux emplois. Les secteurs  électro-intensifs représentent 50 000 emplois directs et 100 à 120 000 emplois indirects. Les entreprises du secteur ( électrométallurgie dans la vallée de la Maurienne) sont situées en amont  (acier, aluminium, autre métallurgie, chlore…)  d’autres secteurs et sont vitales pour le maintien de nombreux autres emplois industriels et de services.

L’UNIDEN observe que la compétitivité énergétique de la France reculel par rapport à certaines régions du monde et à d’autres Etats membres de l’Union européenne. L’UNIDEN fait remarquer que d’autres pays ( l’Allemagne en tête)  prévoient des aménagements pour les électro-intensifs (exonération du transport, taxe énergies renouvelables quasi nulle, rémunération des effacements de consommation électrique des industriels, compensation de la hausse du prix de l’électricité qui découlera de la mise aux enchères, à partir de 2013, des quotas de CO2…). Des décisions comparables tardent à être prises en France. En Allemagne, le prix de l’électron est supérieur, mais la facture électrique finale des électro-intensifs est nettement inférieure.

Confirmer le nucléaire

L’UNIDEN demande de  “confirmer clairement l’option de la prolongation du parc nucléaire existant, déjà amorti, moyennant les investissements nécessaires, et d’y arrimer les industries fortement consommatrices d’électricité par des outils complémentaires à l’ARENH“. Comme l’affirme le rapport Gallois, « l’évolution du parc nucléaire doit tenir compte de l’énorme capital investi et du fait qu’il est largement amorti. (…) La durée d’exploitation des centrales devrait relever en fait de l’appréciation de l’ASN sur leur état et sur les mesures prises pour retarder leur vieillissement ».

Pour l’exploitation propre des gaz de schistes

Par ailleurs, la révolution des gaz de schiste aux USA conduit à un écart de prix avec l’Europe de l’ordre de 1 à 3 ou 4  en défaveur du continent. Le faible prix du gaz naturel entraine un mouvement de réindustrialisation aux Etats-Unis. ” Sans une relance résolue de la politique énergétique, les industries gazo-intensives, notamment celles qui utilisent le gaz comme matière première, ne pourront durablement se maintenir en Europe. L’UNIDEN rappelle que le rapport Gallois soulligne l’importance du gaz dans les décennies qui viennent. L’UNIDEN demande de relancer la recherche sur le potentiel de la France en matière de gaz de schiste “pour évaluer les ressources, d’étudier le rôle potentiel des industriels et des chercheurs français dans le développement de modes d’exploitation propres, avant de faire un choix éclairé.

Pas de surcout pour les renouvelables

L’UNIDEN fait sienne la recommandation du rapport Gallois  qui indique : « Dans la transition énergétique qui s’engage, (…) (les énergies renouvelables) devront s’insérer dans le mix énergétique dans des conditions qui ne renchérissent pas le coût de l’énergie pour l’industrie. »

michel.deprost@enviscope.com

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Mag2lyon numéro 163
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Bienvenue !

Connectez-vous à votre compte

Récupérez votre mot de passe

Veuillez entrer votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.