Science

Nano technologies : Geneviève Fioraso et Jean-Jack Queyranne inaugurent la PNS

Bertrand Girard, président de la communauté d’universités de Grenoble, Bernard Bigot, administrateur général du CEA, Jérôme Safar, 1er adjoint au maire de Grenoble et Christian Pichoud, vice-président du Conseil général de l’Isère, aux côtés de la ministre et du président de la Région. [photo Région Rhône-Alpes]

Cette plateforme constitue un signal fort dès l’entrée sur le site du CEA et comme l’a souhaité l’architecte Chabannes et Associés « exprime la spécificité des nanotechnologies et le dynamisme de la recherche ». Elle regroupe l’ensemble des composantes de la NanoSécurité, qui accompagne le développement des nanotechnologies au service de la recherche et de l’industrie. Ses équipes travaillent sur l’ensemble des questions de protection et de sécurité liées à la mise en œuvre des nanomatériaux. La PNS propose une offre complète de recherche et d’expertise dans les domaines de la mesure, de l’intervention ou encore de la formation en associant des partenaires publics ou privés aux compétences spécifiques.

Cet équipement unique en France rassemble 150 professionnels issus du CEA et de l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN), qui coopèrent sur le plan national avec l’INERIS, l’INRS, l’INVS, l’INSERM, l’IRSN, le LNE, le CNRS et conduisent également des projets communs avec des acteurs en région (CHU de Saint-Etienne, CHU d’Aix-Marseille, CNRS Lyon etc.) ainsi que, naturellement, avec les universités du site grenoblois.

Un bâtiment aux normes environnementales

Ce bâtiment de plus de 5 000 m2, dont 2 000 consacrés à la R&D, est conçu conformément à des normes environnementales exemplaires (Bâtiment basse consommation sur les parties tertiaires). Le parti a été par exemple de trouver des moyens de ventilation naturels (ouvrants en imposte haute sur les façades du patio au 1er étage), de profiter de l’ombre des arbres au sud-ouest et d’utiliser des brise-soleil orientables. Une cuve de 2 m3 dans le vide sanitaire permet de stocker les eaux de pluies récupérées en toiture, qui elle-même est végétalisée.

Le bâtiment héberge également un service médical de santé au travail, un laboratoire de recherche en biologie médicale et des salles de formation.

La PNS dispose d’infrastructures, dont des outils avancés de caractérisation des nanomatériaux (Equipex NanoID), et des démonstrateurs sécurisés permettant d’anticiper les problématiques industrielles et environnementales de fabrication et de mise en œuvre des nanomatériaux (partie prenante du Labex Serenade).

Ce projet a été financé par la Région Rhône-Alpes à hauteur de 14,3 M€, et l’Etat (3 M€) dans le cadre de l’opération Campus « Grenoble Université de l’Innovation ».

VOIR AUSSI