Mobilité

Ouest Lyonnais : des faiblesses sur un réseau ferré durablement perturbé

Pourtant le secteur offrait les conditions d’une expérience intéressante : un réseau de petite taille, sans transit de fret, sans lignes transversales, relativement isolé du reste du réseau national, offrant la possibilité de réaliser des travaux nécessaires et une mise en service progressive pour les lignes Lyon St-Paul – St.Bel, Lyon-Brignais et Lyon- Lozanne.

Le projet de trams-trains de l’Ouest Lyonnais est initié dans le cadre du Contrat de projet État – Région (CPER) 2007-2013. La réalisation nécessitait des actions à différents niveaux : infrastructures, matériel roulant et exploitation. La Région qui a la maitrise d’ouvrage avait délégué la maitrise d’ouvrage à la SNCF, principale détentrice des compétences ferroviaires en France.

L’infrastructure a fait l’objet d’un protocole d’accord en 2007 prévoyant un débit de huit trains par sens par heure : quatre en direction de St-Bel, deux vers Brignais, et deux vers Lozanne. Au fil des années et des interlocuteurs ces chiffres ont évolué 7 Tr/heure en 2005, 8 en 2007 et 6 en 2011.

Deux troncs communs qui freinent le débit

Sur le parcours existent, selon des observateurs, deux troncs communs en voie unique qui résident la circulation le tunnel des Deux amants et le pont au-dessus du cours Marietton. De l’avis de spécialistes, ces deux points ont été sous-estimés par le maître d’ouvrage alors qu’ils imposent un débit insuffisant. Ils empêchent toute évolution positive de la fréquentation des lignes concernées. 

Jean-Jack Queyranne, alerté, avait lors de l’inauguration le 22 septembre 2012 fait part de son inquiétude.  « Il est impératif de rattraper l’erreur commise malgré les conditions économiques difficiles actuelles, sinon l’investissement déjà consenti serait non productif »

Des déboires sur les matériels

Pour le matériel, la Région a voté le 11 octobre 2007 la convention avec la SNCF portant sur l’acquisition de 24 trams-trains. Elle a voté une participation à 75% pour la création d’un atelier de maintenance à l’Arbresle.

Depuis la mise en service des déboires permanents affectent le matériel : matériel non adapté à l’infrastructure, beaucoup de pannes ; portes des trams train ne ferment pas dans les gares en courbes, présence de personnel pour pousser et fermer la porte…  Des problèmes ont été constatés au niveau des suspensions. Le tram ne serait pas adapté au type de voie sur ce secteur. « On est limite pour les normes d’agrément.  Les conducteurs ne doivent pas utiliser le bouton de freinage d’urgence car il dérègle trop l’électronique des engins ! »

Conséquences sur la desserte de l’Ouest Lyonnais

Les problèmes constatés ne seront pas réglés rapidement, et la SNCF doit déplacer des matériels pour compenser les matériels retirés.

Mais ce système à des limites. Il est impossible en effet de faire rouler des 73500, des rames de TER,  entre Saint Paul et Brignais puisque la ligne a été reconstruire pour accueillir seulement le tram train. Des cars circulent  sur Lyon – Brignais. Des bus ont été mis en place vers Lozanne car la SNCF récupère les 73500 de cet axe pour les mettre sur St Bel-St Paul, seule partie où des trains circuleront. La SNCF va alléger le plan de transport sur Montbrison, Clermont, Gap. Les week-ends desserte des trois lignes uniquement en bus.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI