Environnement

Pollution par le PCB: levée partielle des interdiction de consommation de poissons

Les levées partielles d’interdiction de consommer des poissons pêchés dans le Rhône et dans la Saône ont été décidées.


Dans le cadre de l’élargissement du champ des investigations sur la contamination des poissons du Rhône par des PCB (polychlorobiphényles) et dioxines, des analyses ont été menées dans le cadre du plan national d’action sur les PCB. Les derniers résultats ont fait l’objet d’une interprétation par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) rendue dans un avis du 6 avril 2009. Sur la base de ces conclusions, le Directeur général de la santé et le Directeur général de l’alimentation ont formulé certaines recommandations, concernant notamment le département du Rhône pour les secteurs d’étude P2 (du barrage de Sault Brenaz à la confluence Saône Rhône) et P3 (de la confluence Saône Rhône à la confluence Isère Rhône).


Deux familles de poissons concernées




Les dernières analyses permettent de constater qu’en général les taux de contamination en PCB supérieurs à la norme recommandée par l’OMS (organisme mondial de la santé) dans les aliments destinés à la consommation humaine, concernent principalement deux séries de poissons.


Sont touchés les poissons d’espèces benthiques, fortement bio-accumulatrices (telles que : anguilles, barbeaux, brèmes, carpes, tanches et silures). Sont aussi touchés les brochets de plus de 2,5 kg, ainsi que les vandoises et carassins sauf dans certains secteurs limités pour lesquels toutes les espèces sont contaminées.





Désormais les interdictions seront appliquées comme suit .Il y aura interdiction dans le secteur P2 du barrage de Sault Brenaz à la confluence Saône Rhône pour les espèces benthiques fortement bio-accumulatrices ainsi que pour les vandoises et carassins. Les autres espèces peuvent à nouveau être consommées sauf si elles sont pêchées entre Saint Vulbas et Loyettes (seuls secteurs où toutes les espèces sont non conformes)



Dans le secteur P3 de la confluence Saône Rhône à la confluence Isère Rhône, les espèces benthiques fortement bio-accumulatrices restent interdites à la consommation. Les autres espèces peuvent à nouveau être consommées à l’exception des brochets de plus de 2,5 kg, ainsi que des vandoises et carassins


Sur la Saône, dans le secteur compris entre le barrage de Couzon au Mont d’Or et la confluence Saône Rhône, l’interdiction totale sur ce secteur avait été fondée sur la circulation possible des poissons en provenance du Rhône. Elle est partiellement levée dans les mêmes conditions. Les arrêtés d’interdictions générales de consommation, pris depuis 2005 sur le secteur du Rhône sont abrogés.


michel.deprost@enviscope.com


VOIR AUSSI