Construction et aménagement

Rencontres des savoirs à Bron : les atouts et limites de la métropole lyonnaise.

Le mardi 10 décembre, s’est déroulée la deuxième conférence Rencontres des savoirs de l’année 2013-2014. Ces rencontres sont organisées par l’Ifsttar (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux) en partenariat avec la ville de Bron et l’ENTPE (Ecole nationale des travaux publics de l’Etat).

Son but était de comprendre et de situer la place de la ville dans la construction métropolitaine. Elle était animée par Jean Frebault, président du Conseil de développement du Grand Lyon, et Henri Jacot, responsable du groupe de travail sur la construction métropolitaine. Le Conseil de développement est une instance consultative, représentant la société civile, qui produit des avis et des contributions sur les stratégies des politiques publiques communautaires. Il peut s’auto-saisir et jouer un rôle d’alerte.

Respecter l’identité des territoires et développer des coopérations

Jean Frebault explique que « sur le plan institutionnel, le Grand Lyon travaille sur deux dossiers ». Il s’agit de la mise en place d’un pôle métropolitain, qui regrouperait le Grand Lyon, Saint-Etienne Métropole, la Communauté d’agglomération Porte de l’Isère (Capi), et la Communauté d’agglomération du Pays viennois. Les acteurs de cet ensemble métropolitain de près de 2 millions d’habitants ont pour objectif de porter des actions communes dans les domaines de l’économie, des transports, de la culture et de l’aménagement.

L’autre dossier concerne le projet de création de la métropole lyonnaise. Ces dispositifs de pôle métropolitain et de métropole ont été rendus possibles suite au vote de la réforme des collectivités territoriales en 2010. Pour Jean Frebault « le projet de la métropole consiste à fusionner les compétences du Grand Lyon et celle du Conseil général du Rhône, afin de ne créer qu’une seule collectivité au lieu de deux ». En outre, cette création doit respecter l’identité de chaque territoire, tout en développant davantage de coopérations. Ainsi, certaines Maisons du Rhône, présentes dans le département pourraient fusionner et être mises en synergie, avec la possibilité de réaliser des économies d’échelle.

Des risques d’exclusion

Ce processus possède des effets ambivalents. Bien que le phénomène de métropolisation favorise la création d’emplois et produise des dynamiques très fortes, il risque d’entraîner un phénomène d’exclusion, notamment pour les catégories les moins qualifiées. En outre, il y a risque d’emballement du foncier et d’exclusion des catégories les plus modestes.

Par conséquent, la métropolisation pourrait creuser un fossé entre, d’un côté, une France métropolitaine insérée dans la mondialisation qui regrouperait 40% de la population et les deux tiers de la richesse nationale, et de l’autre, une France péri-urbaine incapable d’intégrer de nouvelles dynamiques, en raison de l’absence d’industries, ou de pôles de compétitivité.

jean-baptiste.jacquet@enviscope.com

VOIR AUSSI