Science

Santé, énergie, information: Grenoble veut faire un pas de GIANT

Le projet GIANT ( (Grenoble Innovation for Advanced New technologies) est connu des Grenoblois, mais peu connu peut-être en dehors de Grenoble, même en Rhône-Alpes. Le projet fédère les projets de refonte sur la ville, des activités de recherche, d’enseignement, de transfert de technologies aujourd’hui situées dans le secteur entre Isère et Drac, dans le quartier du Polygone Scientifique.
GIANT veut édifier un campus de l’innovation de rang mondial. Le projet s’articule autour de trois axes : l’information, la santé et l’énergie. Il est porté par le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), le CNRS, l’Ecole de Management, l’Equipement Synchotron Européen, l’institut National Polytechnique de Grenoble, le Laboratoire Européen de Biologie Moléculaire, l’Institut Laue Langevin et l’Université Joseph Fourier. Le projet se concentre sur trois cendres d’excellence. Minatec réunit les activités liées à l’information, GreEn (Grenoble Energie nouvelles), et Nanobio, pour la biologie.
L’objectif est de faire passer le nombre de chercheurs de 6 000 à 10 000, de doubler le nombre d’emplois industriels de 5 000 à 10 000n celui des étudiants de 5 000 à 10 000. le projet inclut aussi un volet urbain. Aujourd’hui, le quartier voué à l’industrie et à la recherche est peu habité. Il compte 300 habitants et devrait en accueillir 10 000.

Les investissements immobiliers sont à la hauteur des projets. La surface de bâtiments devrait passer de 500 000 ç 790 000 mètres carrés. Le budget de fonctionnement annuel du secteur, 800 millions d’euros devrait atteindre 1 milliard d’euros.

www.giant-grenoble.org

VOIR AUSSI