Mobilité

Trains du quotidien en Rhône-Alpes : les écologistes maintiennent la pression

Les conclusions et les demandes de l’UFC-Que Choisir et d’Europe Ecologie les Verts se rejoignent pour améliorer les ” trains du quotidien”.

Alors que la Commission sur les Trains d’Equilibre des Territoires a rendu son rapport, la revue de l’association des consommateurs UFC Que Choisir,  a publié un bilan sévère de la qualité du service des transports régionaux et de la dérive des coûts.

Les élus écologistes EELV de Rhône-Alpes rejoignent les conclusions de l’association de consommateurs. En Rhône-Alpes, certaines préconisations de la pétition de l’UFC-Que Choisir ont été intégrées dans le cahier des charges de la future convention SNCF 2015 – 2020.

UFC – Que Choisir demande aussi que tout retard répété sur une ligne doit donner lieu à une baisse automatique du prix de l’abonnement pour le mois suivant. En Rhône-Alpes, les élus écologistes ont souhaité inscrire le principe d’une “garantie voyageurs” dans la future convention. Les abonnés devront systématiquement être indemnisés en cas de non-respect des objectifs mensuels de régularité sur une ligne donnée.

Un tarif d’abonnement en fonction de la qualité

UFC – Que Choisir veut imposer aux transporteurs un tarif variable d’abonnement qui soit fonction de la qualité réelle. Les élus EELV expliquent que la future convention devra intégrer le fait que les trains facturés à la Région sont bien les trains qui ont roulé.  “ En effet auparavant la SNCF facturait les trains prévus à la fiche-horaire, qu’ils aient roulé ou pas. Désormais, tous les trains qui n’auront finalement pas circulé ne seraient pas payés par la Région.”  Pour les élus, en cas de travaux, la SNCF devra les avoir fait valider bien à l’avance. En cas de grève, la SNCF devra avoir calé définitivement son plan la veille à 16h.

Pour Jean-Charles Kohlhaas, co-président du groupe des élus écologistes : « Nous sommes aujourd’hui dans un cercle vicieux : nous ne créons plus d’offre supplémentaire, les services se dégradent, les usagers se détournent du train et les recettes ne croissent plus, voire baissent. Cette illusion d’économie pour la SNCF se traduit in fine par une augmentation du coût final pour la Région. »

Les élus écologistes rappelle qu’à leur initiative, le Conseil régional a lancé un audit indépendant de l’ensemble du service TER. En Lorraine un audit du même type a permis d’économiser plusieurs millions d’euros réinjectés dans le développement du service.

 

VOIR AUSSI