Mobilité

La CEVA, liaison Cornavin-Genève-Annemasse financée aussi par la Région

La CEVA, liaison Cornavin-Genève-Annemasse financée aussi par la Région

Les conseillers régionaux ont adopté à l’unanimité lors de la dernière session du Conseil Régional , une décision engageant la Région dans le financement des travaux de constructions d’une nouvelle liaison ferroviaire entre Annemasse et les gares genevoises d’Eaux Vives et de Cornavin. C’est la liaison CEVA


L’agglomération genevoise s’étend de plus en plus sur le territoire français, de part et d’autres du Rhône, du côté du pays de Gex, mais surtout, en direction du sud, dans l’agglomération d’Annemasse. Elle forme une agglomération qui pourrait compter 1,1 million d’habitants en 2020. Cette expansion génère 500 000 franchissements quotidiens de la frontière franco-suisse, aujourd’hui effectués principalement en voiture individuelle. Plus de 50 000 frontaliers travaillent sur Genève mais seulement 3% utilisent le TER. L’amélioration de l’offre de transports publics est la seule solution envisageable pour inverser cette tendance et cette amélioration passe par la construction d’une nouvelle liaison ferroviaire Cornavin- Eaux Vives- Annemasse (CEVA).


Seize kilomètres de Cornavin à Annemasse


Le CEVA sera une ligne longue de 16 km, dont 1,9 km côté français. Elle devrait être achevée en 2012. Les études estiment à 30 000 le nombre de voyageurs qui prendront le CEVA aux heures de pointe, car le temps de parcours vont diminuer: 11 minutes pour faire Cornavin-Eaux Vives et 7 minutes pour Eaux Vives-Annemasse. Les cadencements seront importants: un train toutes les 30 minutes à la mise en service en direction du Chablais, de la Vallée de l’Arve et toutes les 15 minutes en fonction de la demande. Un cadencementsera mis en place vers les trains Grandes Lignes toutes les 60 minutes à la mise en service, et toutes les 30 minutes en fonction de la demande


La liaison a été inscrite dans la Charte de Développement des Transports Régionaux en 2003 2003. Le Contrat de Projets Etat-Région (CPER) 2007-2013 a confirmé l’objectif de mise en oeuvre de cette opération. Une convention d’application du Contrat de Projets précise les engagements financiers des partenaires : Etat, Conseil régional Rhône-Alpes, Conseil général de la Haute-Savoie, lCommunauté de Communes de l’Agglomération annemassienne, Syndicat Intercommunal du Chablaiset Réseau Ferré de France. La charte prévoit aussi les modalités de mise en oeuvre du programme de réalisation et d’aménagement de la liaison ferroviaire entre Annemasse et la frontière . Sont aussi prévus les aménagements ferroviaires complémentaires en gare d’Annemasse, de Thonon et d’Evian pour 2007-2013.


Le coût global des travaux d’aménagement est estimé à 126 M€ dont 28,7 M€ à la charge de la Région Rhône-Alpes. Mais le projet n’est pas seulement un projet de la Région a souligné Astrid Baud-Roche, conseillère régionale UMP en rappelant la participation du département de Savoie ( 30 millions) et celle de l’Etat ( 28,7 millions).


Les investissements ferroviaires dans l’agglomération franco-genevoise ne s’arrêteront pas là. La Région sollicite aussi l’Etat pour adjoindre dans les futures conventions d’application les études prévues au CPER sur le sillon Alpin-Nord Chambéry- Aix les Bains – Annecy – La Roche sur Foron – Bellegarde. Cet itinéraire ferroviaire est lui aussi potentiellement très important pour le développement des transports collectifs dans des territoires en forte croissance. La Région Rhône-Alpes demande aussi une future convention pour étudier une réutilisation progressive de la ligne Evian – St Gingolph, pour les transports de voyageurs notamment en terme touristique.

VOIR AUSSI