1. Accueil
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Environnement
  6. >
  7. Gérard Clément (...

Gérard Clément ( Force Ouvrière Rhône-Alpes): la Région doit être ambitieuse

Les conseillers régionaux de Rhône-Alpes vont débattre vendredi 14 décembre, des orientations budgétaires 2013. Le CESER Rhône-Alpes qui représente la société régionale, a donné vendredi 7 un avis, voté à l’unanimité sur ce budget.

Tout en votant ce texte, Gérard Clément,  coordinateur du Force Ouvrière en Rhône-Alpes n’a pas signé la déclaration signée par sept syndicats de salariés. ” Les textes communs ne doivent pas empêcher l’expression de chacun”.

Gérard Clément, a insisté dans sa déclaration sur l’action de la Région au moment où les moyens financiers se réduisent et au moment où la pression fiscale atteint des limites.

La taille d’une Région ne dépend pas de ses effectifs

 «  L’ambition d’une Région ne peut se mesurer à la taille de ses effectifs mais bien dans sa capacité à être « une Région ambitieuse, une Région «  moteur », une Région «  locomotive”.  C’est une autre dimension qui est loin d’une Région «  gestionnaire », d’une région « contrainte », d’une Région « notée ». Nous souhaitons simplement que cette dimension ne soit pas rangée au rayon des «  anciennes utopies mais prennent toute sa valeur dans les faits. Ce sera l’enjeu de la construction budgétaire future ».

Pour Gérard Clément, la Région ne doit pas conserver de compétences générales, mais doit avoir des missions claires. Elle doit aussi disposer de marges de manœuvre fortes. «  Aujourd’hui en augmentant les impôts de 700% la Région n’augmenterait son budget de que de 3 ou 4%” .

La Région dépend en effet largement de ressources qui ne sont pas décidées par elle. «  Il faut clairement mettre en place un lien entre les impôts votés par la Région et les moyens de la Région » explique Gérard Clément, qui insiste sur le lien entre le citoyen et l’impôt.

Conserver une grande réactivité

 La Région doit conserver une grande réactivité, avec des processus de délibération et de décisions plus efficaces. Les processus de décisions lourds, sans parler des blocages politiques qui peuvent apparaitre. ” Certaines délibérations peuvent demander cinq mois, ce qui n’est pas catastrophique pour des décisions concernant des constructions peut être grave pour des actions sociales concernant certains publics ».

michel.deprost@enviscope.com

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Mag2lyon numéro 163
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Bienvenue !

Connectez-vous à votre compte

Récupérez votre mot de passe

Veuillez entrer votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.