Mobilité

Lyon-Turin : la concertation de l’Observatoire technique débloque la situation en Val de Suse

L’Observatoire Technique chargé de mettre au point un tracé pour la ligne Lyon-Turin, dans la vallée de Suse, a remis le 30 juin ses conclusions. L’Osservatorio della Val Susa avait été mis en place le 10 décembre 2005 pour débloquer la situation dans la vallée italienne au débouché du futur tunnel international dont les travaux préparatoires ont commencé.


Diverses oppositions locales s’étaient exprimées au projet de TAV Lione Torine, Treno Alta Velocita Tutin Lyon. Ces oppositions s’étaient exprimées sous forme de manifestations très importantes, par exemple sur les risques liés au forage dans des roches susceptibles de dégager des poussières d’amiante, d’uranium, ou du gaz radioactif radon.



L’Osservatorio della Val Susa , présidé par Mario Virano, architecte, nommé par le gouvernement italien, composé de représentants de différents ministères, mais aussi d’opérateurs italiens des transports ferroviaires, a auditionné de nombreux responsables et spécialistes des questions de transports, en Europe, mais aussi en France. L’Observatoire a par exemple rencontré des responsables français sur les procédures françaises ( déclarations d’utilité publique, procédure grand chantier) organisé des réunions avec des universitaires, avec des représentants des communes, des communautés de montagne. Le déblocage principal a été permis par le choix d’un tracés sur la rive droite de la Doria Riparia, plutôt que par la rive gauche de cette rivière qui descend des Alpes er arrose Turin. Le tracé sud permettra d’arriver plus facilement à Orbassano au sud ouest de Turin, plate-forme ferroviaire de la région piémontaise.




Pour Jean-Jack QUEYRANNE, Président du Conseil régional Rhône-Alpes, le document produit par l’Observatoire « précise tous les points d’accord, mais aussi les questions qui restent à résoudre, en indiquant la démarche préconisée. Il reste maintenant à préciser les détails du tracé, et les phases de réalisation du projet. »



Bernard SOULAGE, premier Vice-président de la Région Rhône-Alpes délégué aux transports,


déplacements et infrastructures, rappelle « qu’en Rhône-Alpes l’urgence est maintenant de réaliser les accès au tunnel de base entre Lyon et le sillon alpin, en application du protocole signé le 19 mars 2007 entre l’Etat et les collectivités locales, afin que toutes les phases du projet entre Lyon et Turin soient réalisées de façon cohérente.»


michel.deprost@enviscope.com



Quelques explications sur l’Observatoire sont données en italien sur le site: http://www.regione.piemonte.it/torinolione/index.htm#


VOIR AUSSI