Environnement

Rhône-Alpes renforce sa politique régionale santé-environnement

Le Conseil Régional de Rhône-Alpes a voté ce jeudi ( Parti socialiste, écologistes, apparentés PSEA), Front de Gauche, Parti Radical, Europe Ecologie les Verts)  un déploiement de l’action pour la santé des Rhônalpines en matière de santé.

Alain Chabrolle, vice-président en charge de la Santé et de l’Environnement a rappelé la progression des maladies chroniques dont une partie est attribuable à l’environnement. La présence dans l’air intérieur ou extérieur de particules de plus en plus nombreuses et variées, l’alimentation, des pollens, sont des sources potentielles de maladies.

Des actions sont déjà entreprises sous l’impulsion de l’Etat et de la Région, dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement 2 . Pour Alain Chabrolle, les actions sanitaires doivent prendre en compte les difficultés financières de la population et assurer un accès égal pour tous aux soins.

Améliorer la santé

Pour Annie AGIER ( EELV), la prise en compte de l’environnement est indispensable pour mieux améliorer l’évolution de la santé. Les méfaits de certains pesticides en agriculture  sont à supprimer. Les microparticules du diesel ont été reconnues comme cancérigène. ”  Nous voilà pollués par des moteurs qui ne sont même pas homologués pour rouler chez nos voisins“.

Annie Agier rappelle que la qualité de l’air est inquiétante en Rhône-Alpes, avec la circulation routière, mais , par exemple, avec la mise en place de centrales thermiques comme la centrale de cogénération à partir de la biomasse construite (par Areva) à Pierrelatte.

Rhône-Alpes a choisi d’avoir un vice-président en charge de la santé et de l’environnement. La Région a mis en place une sous-direction Santé-Environnement. Cette action intéresse l’Association des Régions de France qui mettront en place des actions du même type” explique Alain Chabrolle.

  La nouvel effort de Rhône-Alpes renforcera les coopérations entre l’Observatoire Régional de la Santé, l’Agence de l’Eau et Air Rhone-Alpes, qui mesure la qualité de l’air . Le nouveau volet de la politique régionale permettra d’approfondir des études  sur des thèmes précis ( pesticides, particules) et sur des points noirs ( secteur Roussillon en Isère, Vallée de la Chimie au Sud de Lyon, Vallée de la Chimie au Sud de Grenoble, Vallée de l’Arve)

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI