Science

Dryver : une recherche mondiale sur l’assèchement des milieux aquatiques

L’Inrae va piloter un programme mondial de recherche sur les milieux aquatiques menacés par le changement climatique. Le programme Dryver est financé par le programme Horizon 2020, géré par la Commission européenne.

Cocollector / CC BY-SA

Les rivières, cours d’eau, lacs, zones humides, et autres milieux aquatiques font partie des écosystèmes dont la biodiversité est la plus riche, et pourtant la plus menacée par les activités humaines. Ces réseaux fournissent des services écosystémiques fondamentaux : eau potable, épuration des eaux, eau d’irrigation, nourriture, régulation du climat, énergie, sans oublier des fonctions de loisir, de transport.

Le changement climatique et les besoins croissants en eau sont à l’origine de l’assèchement de ces réseaux hydrographiques à travers le monde. Les effets sur la biodiversité sont dévastateurs. On estime que plus de la moitié du réseau hydrographique mondial subit des assèchements, qui s’accroissent dans le temps et l’espace de manière dramatique.

Des réseaux hydrographiques ignorés du public

Pourtant, les réseaux hydrographiques qui s’assèchent (Drying River Networks, les DRNs) n’ont reçu jusqu’à présent qu’une faible attention de la communauté scientifique, des gestionnaires et des législateurs. Ils sont très souvent ignorés du public. Ainsi, aucune stratégie intégrée de conservation de la biodiversité ni de stratégie de gestion de ces milieux de l’Anthropocène ne sont disponibles à ce jour.

Coordonné par Inrae, un consortium pluridisciplinaire de 25 experts(1) de 11 pays d’Europe, de 3 pays d’Amérique du Sud, de Chine et des États-Unis, explorera pendant quatre ans comment le changement climatique altère la biodiversité, l’intégrité fonctionnelle et les services écosystémiques des DRNs.

Dryver (Securing biodiversity, functional integrity and ecosystem services in drying river networks) va collecter, analyser et modéliser des données de 9 cas d’études en Europe et Amérique du Sud pour développer une approche méta-système globale inédite de l’hydrologie à la socio-économie, en passant par l’écologie et la biogéochimie.

Dryver a également pour objectif de générer des stratégies, outils et recommandations pour une gestion adaptative des réseaux hydrographiques. À partir d’un travail en collaboration avec les gestionnaires et les citoyens, le programme vise à codévelopper des stratégies pour réduire et les effets du changement climatique sur les DRNs, en intégrant des perspectives quantitatives et qualitatives, incluant des solutions basées sur la nature et avec une forte composante socio-économique et législative. Les résultats attendus en 2024 contribueront à atteindre les objectives de l’accord de Paris et mettront l’Europe au front de la recherche sur le changement climatique.

  1. Liste des partenaires : INRAE, France (coordinateur) ;  Friedrich-Schiller-Universität Jena, Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt am Main (Allemagne); Universität Innsbruck (Autriche); Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen – KNAW (Pays-Bas); Universidad de Cantabria, Fundacio Institut Catala de Recerca de l’Aigua, Universitat de Barcelona (Espagne) ; Suomen Ymparistokeskus – SYKE (Finlande) ; Pecsi Tudomanyegyetem – University of Pecs (Hongrie); Masarykova Univerzita (République Tchèque) ; Faculty of Science – University of Zagreb (Croatie); Universite Grenoble Alpes (France) ; University of Leeds (Royaume-Uni) ; Erdyn Consultants (France), Zavod za Ihtioloske in Ekoloske Raziskave Revivo (Slovénie); Z5 Plus Design Ltd (Hongrie) ; Fresh-Thoughts Consulting GMBH (Autriche) ; Universidade Federal do Ceara (Brésil) ; Universidad Mayor Real Y Pontificia De San Francisco Xavier De Chuquisaca (Bolivie) ; Universidad San Francisco De Quito (Equateur); Regents of the University of Oklahoma (Etats-Unis); Nanjing Institute of Geography and Limnology, Chinese Academy of Sciences (Chine); Agència Catalana de l’Aigua (Espagne) ; Dél-Dunántúli Vízügyi Igazgatóság DDVIZIG (Hongrie).

 

 

VOIR AUSSI