Mobilité

La mise au gabarit du tunnel ferroviaire du Mont Cenis doit permettre de développer le fret France Italie

L’ouverture à la circulation ferroviaire à grand gabarit (GB1) de la ligne du Mont Cenis doit enfin permettre à la ligne ferroviaire historique entre Ambérieu et Turin d’être opérationnelle pour augmenter les convois de ferroutage traversant les Alpes franco-italienne du Nord. Cette ouverture attendue depuis longtemps doit permettre de développer  le fret classique et le fret combiné. Cette ouverture  doit permettre à l’Autoroute Ferroviaire Alpine de trouver enfin un fonctionnement normal (www.ferralpina.com)

Mais la situation est plus compliquée. Anne LASSMAN TRAPPIER (FRAPNA) rappelle “que la France et l’Italie envisagent malheureusement aujourd’hui l’ouverture au trafic poids lourds du tube dit de sécurité du tunnel du Fréjus, donnant ainsi la priorité une fois de plus au trafic routier. Le gouvernement doit être cohérent et éviter cette fuite en avant du tout routier. Il doit tout mettre en œuvre pour que le report modal, nécessaire et souhaité, devienne enfin une réalité. »

La FRAPNA et Fédération France Nature Environnement annonce qu’elles continuer à intervenir “auprès des plus hautes autorités décisionnelles de l’Etat pour interdire l’ouverture du tube de sécurité à la circulation au tunnel du Fréjus” . La FRAPNA demande l’interdiction de  la mise en enquête publique de la troisième voie sur l’A43.
Les associations demandent à  l’Etat de décider décider par des mesures d’accompagnements économiques le développement du ferroutage sur la ligne historique Ambérieu – Turin “à la hauteur des enjeux climatiques et de pollutions des Alpes franco-italienne du Nord“.

VOIR AUSSI