Environnement

La Réserve Naturelle Nationale de la grotte de Hautecourt (Ain) patrimoine souterrain à protéger

La grotte de Hautecourt, ( Hautecourt-Romanèche, Ain) est la première cavité naturelle en France à bénéficier d’une protection réglementaire en Réserve Naturelle Nationale le 10 septembre 1980, par décret ministériel. Le classement a suivi trente années de protection par les scientifiques et biospéléologues de la Faculté des Sciences de Lyon.

En 1952, René Ginet de trop nombreuses dégradations suite aux visites « touristiques » depuis 1884. La grotte est fermée et devient un laboratoire souterrain universitaire. En juillet 1981 l’université Claude Bernard Lyon 1 est désignée gestionnaire. En 2001, des chercheurs créent l’Association pour la Gestion de la Réserve naturelle de HAUTecourt (AGRHAUT).
En 2012, M. Creuzé des Châtelliers, conservateur de la réserve et maître de conférences à Lyon 1, émet le souhait de transmettre ce riche héritage scientifique et la gestion de la réserve . La DREAL Rhône-Alpes et la Préfecture de l’Ain choisissent  la LPO coordination Rhône-Alpes gestionnaire de la réserve naturelle sous convention avec l’Etat en date du 24 juillet 2013.

La LPO Rhône-Alpes  conserve le même objectif de suivi scientifique. La protection permet d’étudier la cavité ainsi que sa faune associée, ses liens étroits avec les milieux naturels en surface. La gestion des pelouses sèches utilisées par un éleveur, l’étude du milieu forestier, de la faune et de la flore sont un second axe dans les missions confiées à la LPO.

La valeur patrimoniale de la réserve naturelle est avant tout représentée par la grotte, sa faune d’invertébrés cavernicoles si particulière dans le Jura et, dans une moindre mesure, les chauves-souris . Certains milieux en surface revêtent un intérêt écologique important, comme les pelouses sèches à orchidées. La réserve naturelle est incluse dans le périmètre du site Natura 2000 « Revermont et Gorges de l’Ain », animé par le SMISA (Syndicat Mixte Interdépartemental du Suran et de ses Affluents). Le patrimoine humain ne doit pas être oublié sur ces terres riches d’un passé paysan et encore visible grâce aux murgets (petits murets en pierre sèche) enfouis aujourd’hui pour la plupart dans les sous-bois de buis.

La grotte de Hautecourt ne peut pas être visitée et son accès demeure physiquement protégé toute l’année. Par contre, au détour d’une promenade, vous pouvez parcourir les quelques chemins existants et y découvrir la grotte à l’aide de panneaux. La réglementation en vigueur ne permet pas notamment de collecter de plantes ni d’animaux, ni patrimoine géologique (roches, minéraux…). Les activités agricoles, pastorales, cynégétiques et forestières
demeurent autorisées dans le respect des dispositions préservant le patrimoine de la réserve.

Poour connaître et donc de mieux préserver l’environnement, la LPO mobilisera plusieurs partenariats ainsi que les meilleures compétences du monde
universitaire, spéléologique et associatif, les collectivités territoriales et fondations. L’association s’appuiera sur un conseil scientifique, M. Creuzé des Châtelliers, demeurant au comité consultatif. 

La LPO rappelle ses compétences de gestionnaire d’espaces protégés. Elle gère plusieurs sites:

– Réserve Naturelle Régionale de la galerie du Pont des Pierres (Montanges, Ain),

– Réserve Naturelle Régionale de la grotte des Sadoux (cogestion LPO Drôme 

Le site internet de la réserve naturelle est encore hébergé ici : http://hautecourt.univlyon1. fr, puis prochainement sur notre site http://rhone-alpes.lpo.fr.

VOIR AUSSI