Environnement

Découvrez les refuges pour découvrir la montagne

L’image de la montagne change. Et celle d’une grande partie des refuges. Le Club Alpin français,  Fédération française des clubs d’alpinisme et de Montagne ( FCAM) ouvre largement cette année une grande partie de ses refuges à des publics nouveaux.

Les refuges permettent d’accéder dans de bonnes conditions en montagne. Si certains, les refuges de haute montagne demandent de longues marches d’approche, la plupart des refuges sont très accessibles en un ou deux heures de marche. Le refuge en lui-même peut être un objectif de randonnée, le temps d’une journée, d’une découverte autour du refuge, d’un repas, d’une comtemplation du paysage. Le refuge peut être une étape dans une randonnée plus longue, traversée ou tour d’un massif. On peut alors organiser ses étapes, en prévoyant carte en main, son itinéraire, et en prenant soin de réserver. Le refuge est aussi le point de départ de courses en montagne qui demandent de partir tôt, d’une altitude élevée, pour gagner un sommet dans de bonnes conditions.

Préparer son étape

L’étape au refuge se prépare, en réservant sa nuitée et son repas. La gardienne, le gardien et leur équipe doivent organiser l’intendance dans un lieu où le ravitaillement, onéreux, doit être bien prévu. Le gardien ne peut laisser personne dehors la nuit.  Il est normal si on réserve de tenir son engagement ou d’informer en cas de défection.

Pour le bon fonctionnement , à votre arrivée, dans l’après midi, présentez au gardien ou à la gardienne pour rappeler la réservation demander le dortoir où vous serez installé(e)s. Vous laisserez votre matériel dehors ou dans le couloir, et vous quitterez vos chaussures pour des chaussons!

Des tarifs variables

Les tarifs dépendent  des bâtiments, de leur ancienneté, des équipements, de la situation. Il faut compter de 13 à 25 euros la nuitée, qui comprend le petit déjeuner, mais pas le solide repas montagnard du soir avec les produits du pays. Le souper, ( avec une vraie soupe)  en grandes tablées, dans une belle ambiance de simplicité, permet d’échanger avec d’autres montagnards, d’évoquer des randonnées, de demander des conseils, d’obtenir des renseignements sur des courses, des itinéraires, des difficultés, des risques, la condition de la neige ou de la glace, l’état des sentiers.

Les nuit en refuge sont de plus en plus confortables, grâce à la réduction de la taille des dortoirs, et en général, en été, on a plutôt trop chaud que froid. On peut emporter son sac de couchage, mais aussi simplement un sac à viande le refuge étant abondamment doté en couvertures.

Des refuges du Jura aux Alpes

La documentation du Club alpin présente quelques refuges facilement accessibles.

Dans le massif du Haut Jura, le chalet des Tuffes, à 1230 mètres d’altitude,  est situé sur la frontière franco-suisse, dans le Parc Naturel du Haut Jura sur le territoire de la commune des Rousses. Il permet de randonner sur la chaine du Jura qui offre notamment de magnifiques vues sur le massif du Jura, sur les Alpes, sur le Léman et la Suisse.

Dans le massif des Ecrins, le Refuge du Pré de la Chaumette, à 1805 mètres,  est situé au fond de la Vallée de Champoléon dans les Hautes Alpes. Construit en 1979, le refuge est le point de départ de nombreuses randonnées de tous niveaux (ouvert du 15 juin au 15 septembre.)

Le refuge des Souffles, à 1975 mètres, dans le massif des Ecrins,  et aussi situé dans les Hautes Alpes, en plein Valgaudemar. C’est une belle étape dans le Tout de l’Oisans.  (ouvert du 15 juin au 15 septembre)

Le club alpin français propose une opération moins 40% du Ier mai au 31 sur l’adhésion a un club ( liste des clubs  sur www.clubalpin.com

La licence  FFCAM permet  de profite des avantages suivants : réduction de 50 % pour toutes les  nuits dans les refuges, chalets et autres centres de montagne FFCAM. La licence permet de bénéficier d’une réduction sur les séjours du voyagiste Allibert,  d’une assurance  adaptée aux activités de montagne.

michel.deprost@enviscope.com

Conseil pour randonner l’aise :

– éviter de partir seul;

– se lever tôt, si possible avec  le soleil ou pas trop après lui. Le changement de rythme peut se faire en quelques jours.

– partir à la fraiche quand l’air est tonique

– prévoir de bonnes chaussures, bâtons de marche, équipement contre la pluie, le vent, le froid, trousse de secours.

– marcher prudemment à tout moment pour éviter la moindre entorse qui gâche la journée et peux imposer de recourir à des secours. Ne pas courir à la descente, ne pas sortir des sentiers, ne pas utiliser de racourci, être prudent sur les sentiers en cas de pluie, de temp humide quand la terre, les pierres, l’herbe, les rochers sont glissants. Ne pas s’approcher des à pics, de pentes heureuses trop pentues,

– informer de votre destination

– prévoir une marge pour le retour, bien connaitre le secteur, se munir d’une carte et savoir l’utiliser;

–  surveiller la météo qui dégrade les conditions de progression ; rocher et sentier glissant, visibilité réduite;

Un site pour les refuges de la Très Haute Maurienne

Le site internet Refuge  de la Très Haute Maurienne propose des informations sur les trois refuges da la très haute vallée de la Maurienne, les Evettes, le Carro, le refuge d’Averole.

Le Club alpin a inauguré le refuge de Presset.
Le refuge de Presset géré par le Club Alpin de Chambéry est situé à  2514 mètres d’altitude dans le massif de a Vanoise,  au dessous de l’Aiguille de la Nova, de la Pointe Presset face au lac de Presset et au pied de la Pierra Menta.

http://refugedepresset.ffcam.fr/

VOIR AUSSI