Environnement

Grand Genève: premiers contrats corridors biologiques transfrontaliers signés

Michèle Künzler, Conseillère d’Etat de la République et canton de Genève, Bernard Gaud, Président de l’ARC Syndicat mixte et Georges Deléaval, Président d’Annemasse-Les Voirons Agglomération ont signé le 12 novembre, les premiers contrats corridors biologiques transfrontaliers.

Depuis la Charte du Projet d’agglomération francovaldo-genevois signée en 2007 des travaux sont conduits à l’échelle du Grand Genève pour préserver ces espaces et leurs connexions. Huit secteurs géographiques ont été jugés prioritaires par rapport au développement de l’urbanisation et ont fait l’objet d’études de base.

Les premiers contrats ont été signés pour les secteurs « Arve-Lac » et « Champagne-Genevois ». D’autres contrats sont en préparation, à différents stades du processus d’élaboration (Bargy-Glières-Môle, Mandement-Pays de Gex, Promenthouse, Salève-Voirons et Vesancy-Versoix).

Le contrat corridors Arve-Lac
Le périmètre de ce contrat s’étend entre le Léman, les bois de Jussy/Douvaine et les milieux agricoles attenants, les Voirons et l’Arve. D’une superficie d’environ 17 300 hectares il englobe 12 communes suisses et 13 françaises. Il est caractérisé par des grandes entités forestières, un réseau aquatique important, des milieux humides, de nombreuses prairies intraforestières et des espaces agricoles à forte valeur entre montagne et lac.
Le contrat comporte 24 mesures françaises (5 569 061 €) et 18 mesures suisses (5 444 614 CHF).
Exemple d’actions :
– Préserver les espaces agricoles, les surfaces de compensation écologique et les connexions biologiques de part et d’autre de la route de Thonon : maintenir et améliorer les connexions biologiques entre le massif des Voirons et le lac. Coût : 18 000 CHF/15 000 € ;
– Restaurer et protéger le réseau de prairies humides et de friches entre le bois de Rosses sur Cranves-Sales et les bois de Jussy en Suisse : préserver les populations de Glaïeul des marais et augmenter la surface favorable au développement de l’espèce. Coût :188 300 CHF/156 280 €.

Le contrat Champagne-Genevois
Son périmètre se situe sur 19 communes en France et 13 en Suisse, soit 22 465 hectares, et s’étend des crêtes du Salève, du Mont-Sion et du Vuache jusqu’à l’Arve et au Rhône. Ce secteur dispose d’une grande diversité de milieux, aussi bien agricoles que naturels, jalonné de nombreuses zones humides.
Ce contrat comporte au total 33 mesures françaises (4’388’356 €) et 24 mesures suisses (3’906’406 CHF).
Exemple d’actions :
– Organiser des premières rencontres transfrontalières autour des vergers traditionnels : sensibiliser le public
sur le rôle biologique et paysager des vergers à travers différentes actions (plantations, journée festive, etc.). Coût : 40 002 CHF/33 277 € ;
– Coordonner l’intégration des enjeux biologiques avec les Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc (ATMB).

VOIR AUSSI