Sols

Terenvie dépollue les terres par les plantes

Fruit d’un partenariat entre Serpol et le cimentier Vicat, l’entreprise va donner une nouvelle valeur aux terres polluées.

Expliqué ainsi, le procédé Phytosol parait simple. Sur trois hectares au nord de la raffinerie de Feyzin, la terre polluée est étalée sur un mètre d’épaisseur puis ensemencée de luzerne. Le traitement biologique assisté par les plantes permet de dégrader les hydrocarbures et, un an après, la terre peut être valorisée. C’est là où le partenariat entre Serpol, le dépollueur, et Vicat, le cimentier, prend tout son sens. « Cette terre sera utilisée pour la fabrication du ciment en remplacement partiel (5 à 10 %) de matériaux de carrières, afin de préserver les ressources naturelles et favoriser l’économie circulaire », explique Vincent Desroches, le directeur de Terenvie. Elle peut également servir de sol fertile au moment où, pour faire face aux besoins, on va en chercher de plus en plus loin avec les transports que cela génère. La plateforme, dont l’exploitation doit démarrer début 2019, prévoit de traiter 60 000 tonnes par an en provenance de la région. Avec elle, fini l’enfouissement des terres polluées.

Alexandre Buisine buisine.a@gmail.com

contact : info@serpol.fr

VOIR AUSSI